J'adresse ce Texte merveilleux de COLETTE, à celle qui ne supporte les animaux qu'en peluche ! à cette " Clarté " obséquieuse qui nous aura ravi deux petits-enfants dans les bas-fonds du mensonge et de la manipulation, près de la Mort... Pardonnez-moi, Colette, d'user à ses tristes fins la poésie et l'ivresse de vos mots, de vos pensées qui fusent tout au long de ce pathétique et si profond dialogue, ne m'en voulez pas, Femme de Lettres et de tant d'Esprit... Mais à vous lire, je ne peux m'empêcher d'évoquer cet insidieux et perfide contraire qui souille l'humanité aux jours gris de la rentrée, des départs en vacances, quand d'un coup de pied, d'un noeud coulant, mille liens d'enfants sont brisés au bord de la route, en chemin ; l'amour à l'abandon, à la dérive de l'Ego exacerbé.

 

Je rêve. Fond noir enfumé de nues d'un bleu très sombre, sur lequel passent des ornements géométriques auxquels manque toujours un ornement, soit du cercle parfait, soit de leurs trois angles, de leurs spirales rehaussées de feu. Fleurs flottantes sans tige ou sans feuilles. Jardins inachevés ; partout règne l'imperfection du rêve, son atmosphère de supplique, d'attente et d'incrédulité. Point de personnages. - Silence, puis un aboiement triste, étouffé.


- Moi, en sursaut. - Qui aboie ?
Une chienne. 
- Moi. - Qui, toi ? Une chienne ?
Elle. - Non. La chienne.
Moi. - Bien sûr, mais quelle chienne ?
Elle, avec un gémissement réprimé. - Il y en a donc une autre ? Quand je n'étais pas encore l'ombre que me voici, tu ne m'appelais que "la chienne". Je suis ta chienne morte.
Moi. - oui... mais... quelle chienne morte ? Pardonne-moi...
Elle. - Là je te pardonne, si tu devines : je suis celle qui a mérité de revenir.
Moi sans réfléchir. - Ah je sais, tu es Nell, qui tremblait mortellement aux plus subtils signes de départ et de séparation, qui se couchait sur le linge blanc dans le compartiment de la malle et faisait une prière pour devenir blanche afin que je l'emmenasse sans la voir... Ah ! Nell ! ... Nous avons bien mérité qu'une nuit te rappelle du lieu où tu gisais...
Un silence. Les nues bleu sombre cheminent sur le fond noir.
Elle, d'une voix plus faible. - Je ne suis pas Nell.
Moi, pleine de remords. - Oh, je t'ai blessée ?
Elle. - Pas beaucoup. Bien moins qu'autrefois quand d'une parole, d'un regard tu me consternais... Et puis tu ne m'as peut-être pas bien entendue : je suis la chienne, te dis-je...
Moi, éclairée soudain. - Oui ! Mais oui ! La chienne ! Où avais-je la tête ? Celle de qui je disais en entrant : "La chienne est là ?"  Comme si tu n'avais pas d'autre nom, comme si tu ne t'appelais pas Lola... La chienne qui voyageait avec moi toujours, qui savait de naissance comment se comporter en wagon, à l'hôtel, dans une sordide loge de music-hall...  Ton museau fin tourné vers la porte, tu m'attendais... Tu maigrissais de m'attendre... Donne-le ton museau fin que je ne peux pas voir ! Donne que je le touche, je reconnaîtrais ton pelage entre cent autres... (Un long silence. Quelques-unes des fleurs sans tige ou sans feuilles s'éteignent). 

Où es-tu ? Reste ! Lola...

Elle, d'une voix à peine distincte. - Hélas... ! Je ne suis pas Lola !
Moi, baissant aussi la voix. - Tu pleures ?
Elle, de même. - Non. Dans le lieu sans couleur où je n'ai pas cessé de t'attendre, c'en est fini pour moi des larmes, tu sais, ces larmes pareilles aux pleurs humains, et qui tremblaient sur mes yeux couleur d'or...
Moi, l'interrompant. -  D'or ? Attends ! D'or, cerclé d'or plus sombre, et pailletés...
Elle, avec douceur. - Non, arrête-toi, tu vas encore me nommer d'un nom que je n'ai jamais entendu. Et peut-être qu'au loin des ombres de chiennes couchées tressailliraient de jalousie, se lèveraient, gratteraient le bas d'une porte qui ne s'ouvre pas cette nuit pour elle.  Ne me cherche plus. Tu ne sauras jamais pourquoi j'ai mérité de revenir.  Ne tâtonne pas, de ta main endormie, dans l'air noir et bleu qui me baigne, tu ne rencontreras pas ma robe...
Moi, anxieuse. - Ta robe... couleur de froment ?
Elle. - Chut, je n'ai plus de robe. Je ne suis qu'une ligne, un trait sinueux de phosphore, une palpitation, une plainte perdue, une quêteuse que la mort n'a pas mise en repos, le reliquant gémissant, enfin, de la chienne entre les chiennes, de la chienne...
Moi, criant. - Reste ! Je sais ! Tu es...


Mais mon cri m'éveille, dissout le noir et le bleu insondables, les jardins inachevés, crée l'aurore et éparpille, oubliées, les syllabes du nom que porta sur la terre, parmi les ingrats, la chienne qui méritera de revenir...

 

 UN RÊVE

COLETTE

 

§

1_DSC04847__2_