VIOLENCES_SUR_ENFANT_PALESTINIEN_

 

Deux  Nouvelles Exécutions, une étudiante Palestienne :  ( Dania Irshayyid - 17 ans ),   tuée d'une balle dans la tête au Check Point et un Adolescent : ( Younis Arar ) !  désarmés, bien sûr ! En Israël : la vie n'a t-elle plus de Prix ? Et ce silence tombal à deux pas du Temple et des Lamentations, des fosses communes de l'Histoire : que signent-il si ce n'est le blanc-seing des Nations comme il faut ... 

Un Peuple reclus dans un mouroir, privé d'eau, de vivres, entassé, fusillé, martyrisé, humilié chaque jour, sur sa Terre ! Mais où va le Monde, qui sont ces gens-là ? Pourquoi ce laisser-faire en toute impunité qui parachève le diktat de la force et de la barbarie, sur le parvis des richesses dorées où les armes se négocient à prix d'or et se distribuent à l'envi, pour le Nerf de la Guerre.

 

 

Alors que certains commencent de se déballer, que la contrition en conscience fait son bonhomme de chemin depuis la Guerre d'Irak et les folies des grandes Bush, tandis que la lutte se radicalise, s'étend comme une hydre, il est opportun de montrer et de dévoiler ce qui dans le Monde révolte, révulse le coeur, choque, tout comme le petit Aylan, manipulé ou non, l'oeuvre macabre et dantesque des tortionnaires et des fanatiques  ! ...

Lorsqu'on s'en prend à des enfants, les armes à la main, lorsqu'on les broie et les disloque comme l'eurent fait les Nazis, on s'étonne plus de la réaction violente et horrible qui par le monde court et se répand !

Et la guerre à la guerre succédera indéfiniment dans la vaste corridor de la mort sans lumière qu'enténébrent les menées des Tyrans et des dictateurs avec lesquels la puissance et la richesse seules pactisent en silence, le sabre à la main !

Il en est qui chante la vie, l'espoir, la paix et l'amour quand d'autres dilacèrent la chair sous la roue et le canon des nations ! On dit que l'argent n'aurait pas d'odeur ! Faux ... Il odore les hideurs de la chair martyrisée, le cri nous parvient de ses relents et des atrocités, des organes éventrés ! Infectes haruspices pour un régime sanguinaire et  négationniste, éminemment coupable de crimes de guerre ! Rien ne justifie la mort violente d'enfants,  en temps de guerre, d'innocents et de civils réfugiées de surcroît dans un ghetto plus noir et sombre que celui de Varsovie, si tant est qu'il faille se défendre de raison !

Que la honte plane et soit sur tous ceux qui perpètrent face à l'Histoire et à la Civilisation ces forfaits barbares. Quelque soit le Camp d'où ils commanditent leurs odieux assassinats, que cela fût au nom du religieux, du dessein politique, idéologique, rien ne saurait justifier que l'on tolère plus avant ce laisser aller, ces passe-droits infectes pour une violence sans limites. Notons que les ravages de nouvelles armes testées sur le front d'une guerre centenaire, disproportionnée, insupportable,  fait mal aux Mondes, par-delà les intérêts juteux et complaisants des États jouant dans ce genre de flache et de purin morbide.

Le rapport de force n'est pas et ne sera jamais la voie favorable à la résolution de crises et de conflits ! 

Seuls le dialogue et la concession y parviendront, parce que les deux parties se parlent, s'entendent, se comprennent et ensemble se projettent vers un avenir de paix et de prospérité.

Oui, Mrs les Chefs d'Etats, où que vous soyez, qui que vous soyez, vous avez tous de ce sang sur les mains, car il est là le choix, le Libre-Arbitre qui ne s'exerce que dans un seul sens ; les  faits sont là, accablants, il n'y a pas de " fumets  " sans feu qui couve et bientôt, encore et toujours embrasera la sérénité, l'existence, la vie qui nous est à toutes et à tous unique. Le talion aura assez duré, d'autres Shoah, cela n'est pas pensable ! Il y a autre chose à faire que la guerre ... Peut-être reprendre ce vaste chantier Terre, de fond en comble, laisser un moment Dieu tranquille et à nouveau se mettre à rebâtir, à poser les premières pierres de nouvelles citadelles qui portent le nom merveilleux de Liberté, Respect de la Vie, Solidarité, Fraternité, Partage, Amour  

MILEMA_ARTE 

 

 

palestine2

 Pauvres Enfants de la Terre martyrisés, combien d'être l'adulte me fait mal  lorsque nous manipulent le tyran, le bourreau, le vil calculateur, alors que  le temporel  écrase l'Intemporel dans le silence tumultueux des Écritures.

Puissent les enfants vivre en paix, grandir, s'assumer, connaître la joie, l'amour et le bonheur, à l'abri des bourreaux, de tous les bourreaux, enfin de ceux qui affichent  l'inepte cynisme en décidant et en optant  pour la voie des armes