DSC08247

 Aux 129 âmes qui nous ont quittés , à tous les blessés, aux proches,  à Toutes et Tous, des confins de la Paix et de l'Amour :  je joins et noue à mon coeur  ces  Pensées, les images du chant qui porte la douleur d'une fleur fauchée dans les mains de la fête, de la joie

... C...

 

 J'ai vu dans de jeunes regards tout le désarroi des foules meurtries ! J'ai pleuré en me cachant derrière deux paumes autant que je n'aurais pu ... Je fais mien ce Chant que j'entonne dans mon sanglot ! Ma France, mon ode, mon hymne, j'ai si mal ... à vous toutes et tous que je ne parviens plus à étouffer la douleur !

Je Pleure, j'ai mal à  tous les Mondes qui auront subi, qui subiront le verdict et la sentence des armes parce qu'elles n'engendrent et ne sèment que le diktat inextinguible du feu, de la violence et du sang, par-delà tous les discours et les siècles Tragédies.

 

" Je n'ai que le champs de mes larmes pour recueillir ces pensées, en automne tombées comme feuilles sur le sol

Le temps  d'un automne pour semer ce qu'il me reste d'amour quand il n'est fauché  "

 

 

PARIS_1A_NOVEMBRE_2015_

 

 

Ô tendre chant des larmes
J'ai cueilli pour toi
A l'aube diluviée de rosée
Autant de fleurs
que d'étoiles
tombées sur le sol 


Le silence
Est mon sanglot
Dans mes mains
Qui se recueille
Comme le bouquet
En automne au près 
resplendit


J'ai si froid
Que j'en tremble
Depuis vingt ans
Mille ans
Enfants de France
Qui ne parvenez plus
A entonner l'hymne de guerre


Je pense à vous
Et je pleure
A n'en plus pouvoir
D'avoir si mal aux mondes

?

Pensées d'Amour, depuis la Mer,  au plus profond de ma Compassion. Il y a l'assise, l'abside arasée d'une antique chapelle, au bord des flots, ceinte de rochers que la mer inonde les jours de tempêtes. En son Choeur d'étoiles et de nuits réfugiées, un autel réduit à l'épure, ancré dans le sol. J'ai déposé un bouquet ; dernière floraison d'automne. Des fleurs entre elles liées, âmes que le Chant de la mer berce un peu plus près du ciel.

MILEMA_ARTE