LOIN DU BONHEUR !... M. HOUELLEBECQ

 

JURGA_SCULPTURE_

http://jurgasculpteur.blogspot.fr/

 

Par la mort du plus pur

Toute joie est invalidée

La poitrine est comme évidée,

Et l'oeil en tout conna^t l'obscur.

 

Il faut quelques secondes

pour effacer un monde.

M.H

Un ouvrage remarquable, d'une profondeur et d'une sensiblité qui parfois font mal... Milema_Arte

 

LOIN DU BONHEUR 

Être dans un  état qui s'apparente au désespoir, sans pouvoir cependant y accéder.

Une vie à la fois compliquée et sans intérêt.

Non relié au monde.

Paysages inutiles du silence.

Un amour. Un seul. Violent et définitif. Brisé

Le monde est désenchanté.

Tout ce qui a la nature de l'apparition, cela a la nature de la cessation. Oui. Et alors ?  Je l'ai aimée. Je l'aime. Dès la première seconde cet amour était parfait, complet. On ne peut pas vraiment dire que l'amour apparaisse ; plutôt, il se manifeste. Si l'on croit à la réincarnation, le phénomène devient explicable. Joie de retrouver quelqu'un qu'on a déjà rencontré, qu'on a toujours rencontré, à jamais, dans une infinité d'incarnations antérieures. Si l'on y croit pas, c'est un mystère.

Je ne crois pas à la réincarnation. Ou, plutôt, je ne veux pas le savoir.

Perdre l'amour, c'est aussi se perdre soi-même. La personnalité s'efface. On  n'a même plus envie, on n'envisage même plus d'avoir une personnalité. On n'est plus, au sens strict, qu'une souffrance.

C'est également selon des modalités différentes, perdre le monde. Le lien se casse tout de suite, dès les premières secondes. L'univers est d'abord étranger. Puis, peu à pu, il devient hostile. Lui aussi est souffrance. Il n'y a plus que souffrance.

Et on espère toujours.

La connaissance n'apporte pas la souffrance. Elle en serait bien incapable. Elle est, exactement, insignifiante. Pour les mêmes raisons, elle ne peut apporter le bonheur. Tout ce qu'elle peut apporter, c'est un certain soulagement. Et ce soulagement, d'abord très faible, devient peu à peu nul.

En conclusion, je n'ai pu découvrir aucune raison de rechercher la connaissance.

Impossibilité soudaine _  et apparemment définitive _ de  s'intéresser à une quelconque question politique.

Tout ce qui n'est pas purement affectif devient insignifiant. Adieux à la raison. Plus de tête. Plus qu'un coeur.

§

Michel HOUELLEBECQ

POESIE

Configuration du Dernier Rivage

Pages 357 à 359 - Ed /  J'ai Lu 


24 novembre 2016

JULOS BEAUCARNE !...

  DE MEMOIRE DE ROSE    De mémoire de roseOn n'a vu mourir un jardinierSi rien qu'une pauseNe peut vous suffireMadame, laissezLe temps s'étirerEt sans le maudire, patientez,Laissez-vous glisser dans le vent légerPatience, patientez.Si l'amour s'envoleNe t'en prends qu'à toiTu as fui l'écolePour le lit d'un roiSi sa voile blancheN'est plus que brouillardTe pends pas à la brancheDès qu'il fera noirTe pends pas à la brancheDès qu'il fera noir, carGarde tout au fond,Tout au fond de toiUn vide, un endroitDerrière les... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 novembre 2016

UN PAS VERS LA POÉSIE !...

  Giovanni Antonio Bazzi, dit Il Sodoma est un peintre italien de la haute Renaissance. " ... Il y avait d'ailleurs une beauté cosmique étrangement apaisante dans le paysage hypnotique où nous glissions et plongions fabuleusement. Le temps s'était égaré dans les labyrinthes laissés en arrière, et ne s'étendaient autour de nous que les vagues en fleurs de la féerie et le charme retrouvé des siècles disparus - Bosquets vénérables, fraîches prairies bordées de fleurs automnales aux couleurs éclatantes, et de loin en loin petites... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 novembre 2016

ALEP / SYRIE / LE MONDE !...

Ils ne sont pas armés ; civils sauvant d'autres civils pris sous les bombes, au péril de leur vie. Ailleurs, des hommes sont  postés pour fixer ces images et les porter devant le Monde, quand il ne restera plus personne. On évoquera le GÉNOCIDE SYRIEN. L'Histoire se répète parce que " les peuples élisent hélas leurs tyrans  " disait K. GIBRAN. Des scènes vécues par centaines, chaque jour. Des hommes et des femmes s'occupaient même d'un sanctuaire pour les  chats de la ville. Il a été rasé, bombardé ! Aucune aide, plus... [Lire la suite]
21 novembre 2016

LA PIROGUE ET L'AMULETTE !...

    NOS ANNÉES GABON AVEC JEAN-PIERRE // EXTRAITS PLUS BAS     A  Joss et à Jean - Pierre, mon Ami  Voici l'esquisse d'une nouvelle, très gabonaise, à l'orée de la vie authentique,d'une seconde naissance, depuis les brumes d'un songe exilé ...Un balcon, une vire qui se méritent entre fugues et bac philosophie. Des heures de sèches mémorables, toujours punies de travaux d'intérêt collectif ; et quelles corvées innommables, dans les bas-fonds d'un lycée africain, dont je tais les... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

20 novembre 2016

ALEP / L'HORREUR RÉHABILITEE

Seuls quelques Photographes Syriens, pris dans la tourmente des bombardements, figent le drame, le conflit, l'horreur des massacres, pour l'Histoire, pour se souvenir. Il y eut les dévastations de la seconde guerre mondiale ! Aujourd'hui, c'est l'Orient, le Moyen-Orient,  avec plus de moyens destructeurs. Le Monde coalisé pour lutter contre Daech instrumentalisé, servant les desseins des Tyrans que la guerre, forcément maintiendra au pouvoir ! C'est l'horreur contre l'horreur. Le tout sur un  lit funeste de crimes odieux... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
16 novembre 2016

PENSEES / H.P LOVECRAFT

  L'APPEL DE  CTHULHU    « Ce qu’il y a de plus pitoyable au monde, c’est, je crois, l’incapacité de l’esprit humain à relier tout ce qu’il renferme. Nous vivons sur une île placide d’ignorance, environnée de noirs océans d’infinitude que nous n’avons pas été destinés à parcourir bien loin. Les sciences, chacune s’évertuant dans sa propre direction, nous ont jusqu’à présent peu nui. Un jour, cependant, la coordination des connaissances éparses nous ouvrira des perspectives si terrifiantes sur le réel... [Lire la suite]
16 novembre 2016

PSYCHÉS !...

  PSYCHÈS Et de briser enfin tous les miroirsd'apparences adornésqui situentfussent-ils sans tain où l'on s'égareéperdumentMais de la mer et du ciel en guise de merveilleuse psyché Il n'est plus rien  quant à  l'éphémère qui  ne vaut dès lors que par le jugement d'un regardd'une vitrine mal léchée Accordes-toi désormais la pureté des sensqui nourrissent en choeur  l'émoi   la pensée Tu y glaneras quelques rivages d'autres horizons ces pans d'éternitéque sont l'instant   la révélation   en... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
15 novembre 2016

AU NOM DU GRAND-PÈRE !...

  La femme qui prie     POÈME POUR DEUX GRANDS DADAIS    Il ne sait pas combien  elle lui fait malsemant pour le restant de ses jours un vaste champ de solitude Le manque et l'absence criblentlui sont déjà ombres furtives perfide présence promptes à tout lui donner tant qu'il demeure dans la ruptureconsommée et le rapt très-con-sensuel ! Pauvre hère de coeur     sans autre absolu que la foi travestiecette foi qui repose   depuis et déjà   en paix deuil vivant con-sacré... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
15 novembre 2016

ENTRER EN POÉSIE !...

    « Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences. » Arthur Rimbaud, Lettre du voyant : « Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant. »   Entrer en poésie, c'est aussi dire un peu ce qui ne se voit pas toujours, aisément, se livrernûment aux mondes qui nous entourent ; Probable réaction salutaire,... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,