26 février 2013

AUX TIRAILLEURS SENEGALAIS...

MORTS POUR LA FRANCE    Voici le soleil Qui fait entendre la poitrine des vierges Qui fait sourire sur les bancs verts les vieillards Qui réveillerait les morts sous une terre maternelle. J'entends le bruit des canons _ est-ce d'Irun ?  On fleurit les tombes, on réchauffe le Soldat Inconnu. Vous mes frères obscurs, personne ne vous nomme. On promet cinq cent mille de vos enfants à la gloire des futurs morts, on les remercie d'avance futurs morts obscurs Die Schwarze shande !   Écoutez-moi, Tirailleurs... [Lire la suite]