15 novembre 2016

ENTRER EN POÉSIE !...

    « Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences. » Arthur Rimbaud, Lettre du voyant : « Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant. »   Entrer en poésie, c'est aussi dire un peu ce qui ne se voit pas toujours, aisément, se livrernûment aux mondes qui nous entourent ; Probable réaction salutaire,... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10 septembre 2015

LÉTAL DÉCOURS !...

            Depuis l'absolu,  abyssal !  de la réclusion et de l'océan sensible.  A ce létal décours qui lentement nous aura rejoints : une pensée arrimée à la nuit, spleenétique, éminemment insomniaque... Parce que le temps aura  à jamais méta-morphosé  le visage de tes vingt ans sous mes yeux ; le silence d'un regard cave sème  les stigmates d'un mal dont je vis  depuis trop longtemps  les affres de l'intranquilité.   Sitôt     tu... [Lire la suite]
23 décembre 2014

UNE LUEUR DANS LA NUIT !...

      Arrivée en Pirogue Sur Pongara ! La nuit sera Au croissant de Lune A la lueur  d'une lanterne Ainsi de nos nuits africaines ...         Une lampe tempête pour dernier lien Une souche de bois flotté sur le sableJ'y appends un instant mon jeune dictamenEt ma souvenance vacille comme sombreUn rêve d'enfance     une complainte africaine La brise de terre nocturne hèle déjà le large La pirogue évite   l'ancre a viré    l'étrave  pointe L'horizon... [Lire la suite]
11 novembre 2014

LE PRIX DE L'EXISTENCE ET DE LA LIBERTÉ !

  QUEL TEMPS POUR LA MÉMOIRE ET SONGER AU CHANT QUI SOURD Je pense à Toi   Je pense à Vous DeuxEt ma peine au vent blême s'inclineDu plus terne des ciels en berneUn chagrin se terre puis sombre derrière Une tombe en se cachant   Alors De sa main tendue   de vos yeux si clairsRe-tombe   comme larme qui sourd   leur visionEn recouvrant la lumière           Unitivement Apparaissez  jeunes amants qui retournezDes confins radieux d'une promesse Vous tendresAmants... [Lire la suite]
10 mai 2014

JUSTE UNE ETAPE SUR LE PARCOURS ...

JUSTE UNE ETAPE SUR LE PARCOURS ...LA MORT N'EST PAS LA FIN   Conférerions-nous au hasard  unimentD'advenir  Là ailleurs  Mais pourquoi Maintenant  plus tard  il y a déjà mille ans Fruit du bien  Serres impitoyables Aux ordres du mal et de la fatalité aveugle Sans poser de questions  sans faillir dès lors Qu'il ne fît aucun doute d'éclore pour faner Après avoir puisé l'eau d'un puits sans fond Telles sont les seules vérités que la nuit sèmeEt dont tout un chacun exhorte les menéesDe la... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 février 2014

DOULOIR ....

  Le silence Une rive LointaineVireLà-bas Sur le cielEsseulé Et si rudesLes mauxAux cernes Chagrines Le regardNous distancent Le temps D'un sillage L' absenceComme le  nuageVoileUn coeurAu sourireQui souffre Par le lienTénuDe la voixJe te disReviens Le manquePlus vite Guide nos pasVers un Léthé §          Charon passant le Styx par  Joaquim PATINIR. Peinture / 1515-1524    
Posté par MILEMA_ARTE à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 février 2014

L'ESSENCE DE LA TEMPÊTE ...

  Chateaux d'eau irréels, illusions perdues ! Qui chevaucherait pareilles montagnes, emprunterait telles avalanches pour glisser sur la nuit éternelle ?  La rafale, reine vaporeuse par la nuit sans fond et sans âge dresse ses chevaux d'écumes. Les vagues  suivent, fidèles et vraies,  fascinent par tous  leurs fards et les cimiers innombrables. Sitôt couchées, elles effrangent indéfiniment la vaste pelisse aux étoiles que la tourmente éploie,chamarrée d'or et d'émeraude. Et les brisants vont, impitoyables,... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 23:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 octobre 2013

MON FRÈRE, MON AMI ...

  L'absence d'un frère est-elle si lointaineQu'on la sente battre tant de fois au coeur d'une main Manquer au fil d'un accord de guitare sangloterDepuis les astres  Ô liens de l'éternelle enfanceQui fut la nôtre au-delà des frontières et du rêveVibrants sourires tintant aux solos d'une batterieUne cigarette à la bouche les yeux emplis de larmesTes vingt années sonnaient déraisonnables et rebellesUn monde que seuls la fraternité et l'amour esquissaientMon pauvre frère mon grand frère de toujours sitôt partiDans les arcanes... [Lire la suite]
23 septembre 2013

EN DERELICTION ...

   ***   Dis-moi Pourquoi  Soumettre à nos pieds pareilles luttes Tes oeuvres livrées des ineffables inclinations à la vie des créationsAu renouveau comme à la désolation des incessants conflits Si ce n'est pour en saisir l'essence pérenne par trop solennelleL'apaisant modèle éployant le parchemin des âmes envolées Fruits des hasards et des nécessités qu'il nous faudrait encore mûrir au bout de la nuit imaginaireEt de là les voies lumineuses qui méneraient toujours et pleinement à ToiMais je sais hélas la foi... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
05 septembre 2013

AU SOT QUI ME TRAITA DE VOYOU ...

" Dès que le vent souffleraJe repartiraDès que les vents tournerontNous nous en allerons "  RENAUD    La raison des sots hérisse les salles communesOù ces petits soldats geôliers d'eux-mêmesLes matons de l'esprit bas y dressent leur séant Vers l'amont aux ordres qui l'enclosent et la ceignentLa forme le renom  ampoulés toujours destituant le coeurDe la passion flouée ou bridée  la sensibilité absenteIls vont vendicatifs et hargneux l'uniforme zéléRedresseurs de torts  des fausses morales... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,