" IVRE DUBOIS " / ARTISAN-MINEUR DE FOND ...!

 

IVRE_DUBOIS_RESTAURE_

 

En cours de sauvetage - du pain sur la planche - le but étant d'habiller  ce que l'obscurité et la psychose  auront  tenté de panser. Eviter que ce meuble à  souvenirs  ne s'abîme dans le tréfonds de l'oubli... C'était déjà un vieux petit projet, sans force, démuni, impressionné face au mur de l'obsession vague. Pensers vers les inconditionnels  "  d' IVRE DUBOIS ", Artisan du genre Minus  pour les grands dadais... Va comprendre, Charles 

!

 

 

Aurait-il seulement repris le ciseau  et le maillet ? Non, certainement pas ; c'est bien " Ivre du  Bois "  ou " Du Bois Ivre  "  qui s'exprime là en restaurant, en habillant une ruine  laissée à la merci et à l'abandon  d'une sorte de trou noir inter-psychotique aggravé... Le pauvre buffet des Vosges, coffre à jouets des enfants,  n'en finissait plus de se délabrer, là-bas, dans le fond d'un jardin satanique, peuplé  de cris et de jais cauteleux. Le vieil olivier ne donne hélas plus de fruits ; le climat en a décidé ainsi, je veux dire les décideurs éminemment formés à la destruction massive de l'étant.

L'ombre de ce vénérable compagnon ne parvient plus à rafraîchir les premières heures du matin où les prémices angoissantes d'une brise suffocante qui remonte de la carrière ignoble, innommable. 

C'est vrai que le commerce de la terre  a volé et pillé  le cours d'eau ; la vie s'est éteinte et ne chante plus... L'eau est aux petits jardins fleuris, au gazon gorgé de la propriété exclusivement privée et jalousement gardée, fermée. 

Il monte des vallons, de temps à autre, quelques pitoyables détonations qui achèvent d'excéder la  température de la mort vivante. C'est l'Ex-Île, dans toutes ses touffeurs estivales modifiées.

Alors, il  convient de s'occuper, de tuer un temps qui ne passe plus mais  qui  dure, rude et dur, comme à la mine, étouffant,  quand il faut pour  survivre, se calfeutrer entre les murs de pierres noires que les crues de l'hiver ont moisies. La chaleur, la canicule atteignent des sommets inégalés. Sortir, c'est se condamner à errer en faisant la queue entre mille voitures emmenées dans une ronde infernale. L'air marin transpire, colle à la peau, emmène  la poussière et la cendre abominables d'une terre exsangue,  privée d'eau depuis des mois, brûlée. Le CAC 40 se porte bien, le ciseau à bois peine, hésite à mordre le bois et moi, moi, je déteste l'air que l'on m'oblige à respirer. Il est interdit d'être essoufflé sous peine d'asphyxie et de brûlure pulmonaires ; merci Air-Pocalypse  ! 

Les avions s'en viennent et sans retournent dans un fracas d'accident, d'attentats ; je ne sais plus si je sue ou si je pleure. Ce que mes mains abandonnent à l'inutile sort de  " Ivre du Bois " l'artisan-mineur du fond de sa vie n'a plus d'autre  sens que celui des métamorphoses. Autant  dire qu'il me tarde de partir ailleurs, là où  l'on n'emporte pas l'outil, où l'instant s'étire et vacille d'un azur à l'autre, éternel, fulgurant, sidérant nos illusions perdues 

Institutionss, états, clans, infectes trusts, qui détruisez la Planète, " IVRE DUBOIS " me charge  de vous dire  qu'Il vous emmerde grave 

"  IVRE DUBOIS  " 

Pour 

MILEMA_ARTE


21 novembre 2016

LA PIROGUE ET L'AMULETTE !...

    NOS ANNÉES GABON AVEC JEAN-PIERRE // EXTRAITS PLUS BAS     A  Joss et à Jean - Pierre, mon Ami  Voici l'esquisse d'une nouvelle, très gabonaise, à l'orée de la vie authentique,d'une seconde naissance, depuis les brumes d'un songe exilé ...Un balcon, une vire qui se méritent entre fugues et bac philosophie. Des heures de sèches mémorables, toujours punies de travaux d'intérêt collectif ; et quelles corvées innommables, dans les bas-fonds d'un lycée africain, dont je tais les... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
03 septembre 2016

CHRISTOPHE !...

  LE MEILLEUR CD  DE L'ARTISTE ET DE L'ANNEE    On aime ou pas ! Les commentaires  vont sur la Page de l'Album  La chanson se fait poème, vision onirique d'un lointain écho, là-bas  sur la Route de Salina ... Musique lancinante, obstinant les mots fous de nos mots bleus ... Au loin, la Petite Fille du Soleil, les vestiges du Chaos, comme un poème à Lou  qui renverse le cours de la passion  !  MILEMA_ARTE 
Posté par MILEMA_ARTE à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
15 février 2016

LA MUSIQUE PANSE ....

  Amina Alaoui est née en 1964 à Fès, au Maroc. Amina Alaouy est une chanteuse de la musique arabo-andalouse.  Passeur entre Cultures et Peuples, Messagère de la Paix, parmi tant d'autres, affectant ainsi avec tant de beauté et de douceur la Voix des anges et non le tumulte des canons... Chefs d'Etats, prenez ici de la graine, semences et  semis  et fécondez   Terre des Hommes      Que ces Chants d'amour  et de vie  bordent la tristesse et le deuil de ces pauvres enfants... [Lire la suite]
03 septembre 2015

AU MIROIR SANS TAIN DE L'AMER ! ...

          Au fond de ce miroir sans tain     le visage de l'Enfant m'obsède Ô  cristal de rochediluviée que reflètes-tu  Je vois au-delà    de l'eauUn voilede larmes ablueles traits marqués de la souffrance des petits réfugiésdes petites victimesde la guerre déposées sur le sable Je vois en ce tableaunaïf toutes les géhennesde l'eau et du feuqui désormais s'ignorent et frappent l'innocent en dépit de toutes sources de vie Ainsi des... [Lire la suite]

28 août 2015

DES RACINES DANS LE CIEL !...

      En cours de réalisation, sans le tissus qui viendra habiller l'intérieur, faisant ainsi ressortir les couronnes de bois disposées autour, et qui tamisera la lumière LAMPE DE JARDIN A SUSPENDRE ! Voici un délire en bois perdu, recueilli au bord de la mer après les crues, migrant, mais après avoir quitté l'arbre ou la forêt ! Car en ramassant ce que les habitants de Micronésie qualifiaient dans le temps de trésors, de dons des dieux, là-bas, sur leurs îles coralliennes,  Qui n'aurait pas de... [Lire la suite]
02 juillet 2015

MIROIR BASIK !...

  (Passer cet  Aparté subsidiaire et de circonstance à l'égard des deux Dadais ! nous nous devions de le placer quelque part : c'est ici fait, mille excuses pour les visiteurs ). ( ... Il est vrai, qu'une Petite Fille, cela aide beaucoup sa Grand-Mère, ( surtout lorsqu'elle est si souffrante ),  pour chosir et réaliser de petits travaux manuels qui agréent une salle d'eau, une petite chambre que l'on souhaite décorer de façon un peu originale. Mais les parents qui la gardent et la séquestrent depuis 7 années, ne le... [Lire la suite]
25 mai 2015

PRES LE L'ÂTRE !...

A laisser brut ou à pâtiner, suivant les goûts et l'intérieur   La modernité vous aurait-elle préservé, laissant dans votre intérieur un âtre, un foyer, enfin quelque lieu où ronronnent encore le chat  et le feu de cheminée, un  bon poêle à bois, l'hiver ? Sûrement... Alors, cette ébauche très approximative d'un petit banc à l'ancienne, tout de bois flottés, à disposer tout près de l'âtre, pour se chauffer, cuire un plat, des châtaignes, surveiller une soupe cuisant dans un large chaudron de cuivre.  Le moment... [Lire la suite]
09 mai 2015

PLATEAU _ CABANE ?...

   "... Antique solitude des forêts primordiales où brille l'émeraude émanée des étoiles ! Celui qui vous trouva posséde le secret divin qu'un maître certain nous légua dans le pain et le vin ! ... "  Louis CATTIAUX - La Lumière -  Le Message Retrouvé  - Edition : Beya .   Invoquons la cabane du pêcheur, la longère du berger, au bord de la mer ou en montagne, mais sous une treille abondante diffusant un soleil et une brise sucrés ! Une table, un petit plateau ... On y pose plusieurs choses,... [Lire la suite]
11 avril 2015

FONTAINE DE MES JOURS !...

    Un extrait lumineux, un Homme qui l'était tout autant ; ouvert, un puits de réflexion, une propension à comprendre, à embrasser, à étreindre tout ce qui de l'Homme nous rapproche de l'homme, avec sincérité, loyauté, respect. Une quête perpétuelle, une voie sûrement plus que spirituelle, la compréhension du monde, et, ces phases d'appréhension des choses réelles délicates, empruntes de déférence, de dignité pour une certaine idée de l'individu social moderne cher à E. Durkhiem. Voilà ce qui sourd, à chaque page, de ce... [Lire la suite]