RÉMINISCENCE !...

 

PAREIDOLIE_

REMINISCENCE

 

Souvenirs réminiscents 
Je renais à ce lointain visage
à ses boucles de vent
qui hèlent un coeur en enfance

Que je demeure    à la semblance
du sommeil  hagard
de la nuit parcourue de radieux silences

Un sourire obstinant y réfugie
les mots à jamais tus de son regard
livrés depuis si longtemps à l'insomnie

Combien de saisons de lunaisons
faut-il à la migration fidèle
au penser vrai pour l'absenter

Il me revient de toujours
la certitude de l'avoir croisé
comme j'ai aimé        Sagesse

Mais que sait-elle de l'abîme
du chasme que les vagues et les dunes destinent
quand le sillage est une blessure
béant aux infinis

§

 

MARIN - A Sagesse - 1 ère Ecriture le ???


LOIN DU BONHEUR !... M. HOUELLEBECQ

 

JURGA_SCULPTURE_

http://jurgasculpteur.blogspot.fr/

 

Par la mort du plus pur

Toute joie est invalidée

La poitrine est comme évidée,

Et l'oeil en tout conna^t l'obscur.

 

Il faut quelques secondes

pour effacer un monde.

M.H

Un ouvrage remarquable, d'une profondeur et d'une sensiblité qui parfois font mal... Milema_Arte

 

LOIN DU BONHEUR 

Être dans un  état qui s'apparente au désespoir, sans pouvoir cependant y accéder.

Une vie à la fois compliquée et sans intérêt.

Non relié au monde.

Paysages inutiles du silence.

Un amour. Un seul. Violent et définitif. Brisé

Le monde est désenchanté.

Tout ce qui a la nature de l'apparition, cela a la nature de la cessation. Oui. Et alors ?  Je l'ai aimée. Je l'aime. Dès la première seconde cet amour était parfait, complet. On ne peut pas vraiment dire que l'amour apparaisse ; plutôt, il se manifeste. Si l'on croit à la réincarnation, le phénomène devient explicable. Joie de retrouver quelqu'un qu'on a déjà rencontré, qu'on a toujours rencontré, à jamais, dans une infinité d'incarnations antérieures. Si l'on y croit pas, c'est un mystère.

Je ne crois pas à la réincarnation. Ou, plutôt, je ne veux pas le savoir.

Perdre l'amour, c'est aussi se perdre soi-même. La personnalité s'efface. On  n'a même plus envie, on n'envisage même plus d'avoir une personnalité. On n'est plus, au sens strict, qu'une souffrance.

C'est également selon des modalités différentes, perdre le monde. Le lien se casse tout de suite, dès les premières secondes. L'univers est d'abord étranger. Puis, peu à pu, il devient hostile. Lui aussi est souffrance. Il n'y a plus que souffrance.

Et on espère toujours.

La connaissance n'apporte pas la souffrance. Elle en serait bien incapable. Elle est, exactement, insignifiante. Pour les mêmes raisons, elle ne peut apporter le bonheur. Tout ce qu'elle peut apporter, c'est un certain soulagement. Et ce soulagement, d'abord très faible, devient peu à peu nul.

En conclusion, je n'ai pu découvrir aucune raison de rechercher la connaissance.

Impossibilité soudaine _  et apparemment définitive _ de  s'intéresser à une quelconque question politique.

Tout ce qui n'est pas purement affectif devient insignifiant. Adieux à la raison. Plus de tête. Plus qu'un coeur.

§

Michel HOUELLEBECQ

POESIE

Configuration du Dernier Rivage

Pages 357 à 359 - Ed /  J'ai Lu 

21 novembre 2016

LA PIROGUE ET L'AMULETTE !...

    NOS ANNÉES GABON AVEC JEAN-PIERRE // EXTRAITS PLUS BAS     A  Joss et à Jean - Pierre, mon Ami  Voici l'esquisse d'une nouvelle, très gabonaise, à l'orée de la vie authentique,d'une seconde naissance, depuis les brumes d'un songe exilé ...Un balcon, une vire qui se méritent entre fugues et bac philosophie. Des heures de sèches mémorables, toujours punies de travaux d'intérêt collectif ; et quelles corvées innommables, dans les bas-fonds d'un lycée africain, dont je tais les... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
16 novembre 2016

PSYCHÉS !...

  PSYCHÈS Et de briser enfin tous les miroirsd'apparences adornésqui situentfussent-ils sans tain où l'on s'égareéperdumentMais de la mer et du ciel en guise de merveilleuse psyché Il n'est plus rien  quant à  l'éphémère qui  ne vaut dès lors que par le jugement d'un regardd'une vitrine mal léchée Accordes-toi désormais la pureté des sensqui nourrissent en choeur  l'émoi   la pensée Tu y glaneras quelques rivages d'autres horizons ces pans d'éternitéque sont l'instant   la révélation   en... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
15 novembre 2016

ENTRER EN POÉSIE !...

    « Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences. » Arthur Rimbaud, Lettre du voyant : « Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant. »   Entrer en poésie, c'est aussi dire un peu ce qui ne se voit pas toujours, aisément, se livrernûment aux mondes qui nous entourent ; Probable réaction salutaire,... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 octobre 2016

ARRACHE UNE FLEUR, DÉRANGE UNE ETOILE !...

Yahne Le TOUMELI  La Mer couleur Absinthe     Des Musiques à pleurer les mondes qui ont mal ! Un Chant que l'on élève au ciel... De la Mer, un peu plus loin des mots. Parce que la voix, c'est aussi et un peu comme le geste de la danse. Derniers choeurs qui toucheraient  le silence de l'Azur. Ultime espoir  de voir un jour, sur cette Terre, fleurir la paix, la sérénité, l'amour sur son  terreau  de maux à jamais sains et vaincus Il est un plain chant qui ne trahit jamais son... [Lire la suite]
03 septembre 2016

CHRISTOPHE !...

  LE MEILLEUR CD  DE L'ARTISTE ET DE L'ANNEE    On aime ou pas ! Les commentaires  vont sur la Page de l'Album  La chanson se fait poème, vision onirique d'un lointain écho, là-bas  sur la Route de Salina ... Musique lancinante, obstinant les mots fous de nos mots bleus ... Au loin, la Petite Fille du Soleil, les vestiges du Chaos, comme un poème à Lou  qui renverse le cours de la passion  !  MILEMA_ARTE 
Posté par MILEMA_ARTE à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
25 juillet 2016

GÜLTEN AKIN / POÉSIE !...

    Nemrut Dagi - Site -    Musique  Mircan KAYA, pour les Poèmes de  GÜLTEN  AKIN,  grande poétesse Turque décédée en 2015 ; c'est à écouter, absolument !      Par une lamentation nous commençons à vivreAvant de parler nous savons blasphémerSi la moitié de notre vocabulaire est de louangeLe reste est malédictionQuelle cruche se remplitQuelle source coule plus vite que nousLa corde la plus tendue, c’est nousMaisCombien de Job s’ébahissent de notre patienceNos tribus... [Lire la suite]
11 juin 2016

LA BÊTE HUMAINE - E. ZOLA !...

  § le film en entier, avec Jean GABIN, dans le rôle de Jacques LANTIER
Posté par MILEMA_ARTE à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
05 mai 2016

ADIEU

Comme une Écriture automatique, ce texte ! Vision, éternel retour, diction depuis déjà l'au-delà ? M_A     L'automne déjà !  Mais pourquoi regretter un éternel soleil, si nous sommes engagés à la découverte de la clarté divine, _ loin des gens qui meurent sur les saisons. L'automne. Notre barque élevée dans les brumes immobiles tourne vers le port de la misère, la cité énorme au ciel taché de feu et de boue. Ah ! les haillons pourris, le pain trempé de pluie, l'ivresse, les mille amours qui m'ont crucifié ! Elle... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,