LOIN DU BONHEUR !... M. HOUELLEBECQ

 

JURGA_SCULPTURE_

http://jurgasculpteur.blogspot.fr/

 

Par la mort du plus pur

Toute joie est invalidée

La poitrine est comme évidée,

Et l'oeil en tout conna^t l'obscur.

 

Il faut quelques secondes

pour effacer un monde.

M.H

Un ouvrage remarquable, d'une profondeur et d'une sensiblité qui parfois font mal... Milema_Arte

 

LOIN DU BONHEUR 

Être dans un  état qui s'apparente au désespoir, sans pouvoir cependant y accéder.

Une vie à la fois compliquée et sans intérêt.

Non relié au monde.

Paysages inutiles du silence.

Un amour. Un seul. Violent et définitif. Brisé

Le monde est désenchanté.

Tout ce qui a la nature de l'apparition, cela a la nature de la cessation. Oui. Et alors ?  Je l'ai aimée. Je l'aime. Dès la première seconde cet amour était parfait, complet. On ne peut pas vraiment dire que l'amour apparaisse ; plutôt, il se manifeste. Si l'on croit à la réincarnation, le phénomène devient explicable. Joie de retrouver quelqu'un qu'on a déjà rencontré, qu'on a toujours rencontré, à jamais, dans une infinité d'incarnations antérieures. Si l'on y croit pas, c'est un mystère.

Je ne crois pas à la réincarnation. Ou, plutôt, je ne veux pas le savoir.

Perdre l'amour, c'est aussi se perdre soi-même. La personnalité s'efface. On  n'a même plus envie, on n'envisage même plus d'avoir une personnalité. On n'est plus, au sens strict, qu'une souffrance.

C'est également selon des modalités différentes, perdre le monde. Le lien se casse tout de suite, dès les premières secondes. L'univers est d'abord étranger. Puis, peu à pu, il devient hostile. Lui aussi est souffrance. Il n'y a plus que souffrance.

Et on espère toujours.

La connaissance n'apporte pas la souffrance. Elle en serait bien incapable. Elle est, exactement, insignifiante. Pour les mêmes raisons, elle ne peut apporter le bonheur. Tout ce qu'elle peut apporter, c'est un certain soulagement. Et ce soulagement, d'abord très faible, devient peu à peu nul.

En conclusion, je n'ai pu découvrir aucune raison de rechercher la connaissance.

Impossibilité soudaine _  et apparemment définitive _ de  s'intéresser à une quelconque question politique.

Tout ce qui n'est pas purement affectif devient insignifiant. Adieux à la raison. Plus de tête. Plus qu'un coeur.

§

Michel HOUELLEBECQ

POESIE

Configuration du Dernier Rivage

Pages 357 à 359 - Ed /  J'ai Lu 


21 juin 2016

ET VLAN LES MECS ! BENOÎTE GROULT ...

  EXTRAITS DE SON LIVRE   / AINSI SOIT-ELLE    C'est dur, mais y a pas d'os dedans. Ça bouge tout seul, mais ça n'a pas de muscles. C'est doux et touchant quand ça a fini de jouer, arrogant et obstiné quand ça veux jouer. C'est fragile et capricieux, ça n'obéit pas à son maître, c'est d'une susceptibilité maladive, ça fait la grève sans qu'on sache pourquoi, ça refuse tout service ou ça impose les travaux forcés, ça tombe en panne quand le terrain est délicat et ça repart quand on n'en a plus besoin ; ça veut... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 19:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
11 juin 2016

LA BÊTE HUMAINE - E. ZOLA !...

  § le film en entier, avec Jean GABIN, dans le rôle de Jacques LANTIER
Posté par MILEMA_ARTE à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 février 2016

" L'OCEAN D'EN HAUT " / VICTOR HUGO

      Nous poserons là plusieurs Extraits du Poète, pour la densité et le génie de ces vers ! Tant d'images et de métaphores, une force, une verve toujours inégalée ; et puis, parce que c'est aussi Victor HUGO, ce Passeur immense aux textes Océaniques majestueux, aux esquisses et aux dessins d'une saisissante réalité. Pour tant de question posées, pour un titre des plus évocateur qui plût aux Marins d'évoquer si souvent en mer, au large, dans la tempête, pour les Travailleurs de la Mer, voici le Premier... [Lire la suite]
07 février 2016

" QUAND LES FOUGÈRES NE PLEURERONT PLUS " !...

MILEMA_ARTE dépose cet Extrait de l'Auteur, avec son aimable autorisation ! Nous choisissons pour l'accompagner ces chants bouleversants et chargés d'histoire... Ainsi la mélodie, le violon emportent comme ils relatent  tant de moments qui auront passés,  à vau l'eau ! " Quand les fougères ne pleureront plus... ". Cette phrase murmurée par la mère de Simon avant que le bruit des bottes ne résonne sur le pont de bois.Ces hommes emmenant sa maman, alors que lui, blotti sous les fougères, échappait ainsi à une... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

08 décembre 2015

LE TRAIN DE SIX HEURES QUINZE !...

      Terrible, pathétique, tragique nouvelle écrite par l'auteur ! le sens du détail, cette précision qui confèrent au vécu redoutable d'un drame à visage humain ! et puis, comme tout au long de ces pages, à chaque nouvelle, ce libre-arbitre, l'instant de vérité, le choix, le dictamen d'une conscience que l'on aurait jamais souhaité affronter ! Cette Nouvelle m'aura bouleversé, profondément ; j'en retranscris ici un extrait, non les passages  les plus cruels d'un atroce et ignoble ennemi, mais  comme une... [Lire la suite]
30 octobre 2015

JOURNAUX DE VOYAGE / ALBERT CAMUS ...

  Aparté pour  le Premier Homme, à New York  ! Vertiges de l'Absurde, doute, raison, l'auteur de la Peste, juché entre l'Exil et le Royaume se confie. Albert CAMUS ou le Poète-Philosophe, ces deux extrêmes dont il parvient à relier les rives comme le marin vainc l'Océan, qui le caractérise si bien !  Une pensée immense qui aussitôt nous manque, manqua aux Mondes, comme un rêve, un songe d'Eluard, l'Albatros meurtri, une vérité  couchée sur la grève de la poésie et du coeur immarcescible... Jamais... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
23 juillet 2015

LE PETIT PRINCE !...

        LANCEMENT     « J'ai ainsi vécu seul sans personne à qui parler véritablement. J'ai volé un peu partout dans le monde jusqu'à une panne dans le désert du Sahara. » A. de St-Exupery     Le conte, le récit fantastique d'Antoine de St-Exupery, de nouveau au goût du jour  ! Une opportunité :  Multimédia, infographisme, images de synthèse,  scénario retouché pour les besoin d'un film, d'une histoire que l'on souhaitait animée ! eût-on espérer par là réveiller... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 18:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
18 mars 2015

LE ROMAN INACHEVE - LOUIS ARAGON -

  O forcené qui chaque nuit attend l'aube et ce n'est que l'aube une aube de plus une pâleur qui s'installe et la fatigue et tout ce qu'on s'était imaginé de folies et de lumières s'évanouit dans ce  sentiment de lassitude ô forcené qui se débat chaque nuit dans les lieux communs qu'il s'est construit les dilemmes abstraits les chants sourds qui peuplent l'âme de fantômes de fontaines   ô forcené qui partait pourtant à la recherche d'une autre vie  ô Croisé d'un rêve moderne au bout duquel il y avait le... [Lire la suite]
Posté par MILEMA_ARTE à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
12 mars 2015

LES CLOCHES DE BÂLES - LOUIS ARAGON / EXTRAITS

Toute la verve magistrale, unique d'un Louis  ARAGON pour dire les charrois de l'Histoire ! Une digression pour dire au passage  le poids du vote dans une Démocratie, celui de  l'amende et de la sanction frappant la Liberté d'Expression en plein coeur ...  et de là, menant les troupeaux à l'abattoir et les fosses communes, depuis que l' Homme est homme, acteur-système ...!  Bientôt, le vote unique, et, bien sûr, l'obligation de proclamer les nouveaux tyrans ? L' Histoire, comme un épilogue inutile ! et, qui... [Lire la suite]