unicef_syrie_5ans_guerre_enfants

 

SUR LA MER DE L'INTRANQUILITE

 


Lorsque des nimbes bistres    sur la mer argentée
s'ouvrent  béants les corridors   le Léthé des siècles
milles vitraux aux ciels éblouissants révèlent
les vies sans nombres en allées  dont je suis le compagnon

L'émoi  par-delà le doute  perce indéfiniment
le tain de la nuit obscure   le Message du Saint
tandis que sur le seuil de la solitude et des menées
montent la grande déréliction    et ses  funestes livrées

L'indifférence   joyeuses agapes   vaincra l'encensoir
Alors je regarde se lever l'aube d'un soleil rouge de sang
l'azur enténébré pleure au zénith des Lumières
au-delà du solstice fastueux entonne perpétuel
le thrène des mondes déshérités
la litanie des champs de souffrances innommables

Les grains déversent leurs flots de larmes acides
dispersent le philtre amer de l'intranquilité
Comment accorder au lendemain  à la mémoire vertueuse
la sérénité des beautés passées à jamais blessées
quand chutent par myriades les poussières d'étoiles

Ne sommeille t-il pas en chaque âme quelque fragment
d'éternité
Nul ne saurait en pressentir le chemin   la vérité
qui festoie et ripaille non loin de l'enfant meurtri
qui souffre et s'éteind sous le voile perfide de la loi
de la raison sans foi et cent fois viles et meurtrières

Du tréfonds de l'obscurité   d'un mutisme sans frontière
tonne l'écho des obus     parvient le cri stridulent des avions Rafales
et des petites voix se mêlent aux visions de la géhenne

Les démocraties vantent et honorent le langage des armes
comme elles invitent à leur table les rois éternels
les donneurs de morts     les scripturaires cyniques de l'histoire

Peuples de la terre élisez encore et toujours
vos bourreaux   choisissez la voie de la vindicte sans frein 
N'y aurait-il d'autre choix pour vivre leurs holocaustes
que de gésir sa vie avant qu'ils ne la tranchent

§ 

"  Mal aux Mondes  " 

2 ème Ecriture  13.12.2016